Top

Le Mariages algerien

PHOTOGRAPHE DE MARIAGEFashion Le Mariages algerien

Le Mariages algerien

Le mariage algerien fait partie des mariages empreints de traditions.

Mariage généralement musulman, la « khotba » (la demande en mariage) et la « fatiha » (que certains appellent communément « mariage religieux ») précèdent la cérémonie du mariage.

En France, on associe la « fatiha » surtout aux fiançailles : elle est parfois célébrée un an avant le mariage et pour d’autres un jour avant.

Lorsqu’il est célébré en France, le mariage algérien se déroule traditionnellement sur deux jours : la première célébration est celle organisée par les parents de la mariée quant à la deuxième, elle est organisée par celles du marié.

Avant les journées de célébration, traditionnellement une semaine avant, la mariée se rend accompagnée de ses cousines, tantes, amies au hammam pour bénéficier de différents soins esthétiques (gommage, masque, épilation).

Aujourd’hui, si certains couples préfèrent toutefois n’organiser qu’une seule journée pour fêter leur mariage (auquel cas, l’organisation est commune aux familles de chaque époux), en général,  la tradition d’une célébration sur deux jours reste fortement suivie.

Il faut aussi dire que cela est lié à la cérémonie du henné, qui généralement a lieu la veille de la grande fête du mariage, lors de la journée organisée par la famille de la mariée.

Cette cérémonie du henné est aussi l’occasion pour les femmes de s’adonner à des chants traditionnels où généralement les louanges des mariés sont faites.

Lors de cette cérémonie, qui ne démarre qu’à l’arrivée de la famille du marié, la coutume veut que deux jeunes enfants se tiennent de chaque côté de la mariée en tenant une bougie.

Cette journée est aussi celle où la famille du marié amène différents présents à la jeune mariée (certains de ses présents comme une parure en or sont constitutifs de la dot) et où elle reçoit les présents de ses invités (traditionnellement lors de la pause du henné, de l’argent est remis).

En France, les mariages algériens étant plus court, la cérémonie du henné a lieu le même jour du mariage.

Une fois cette cérémonie finie, généralement dès le lendemain, le jour du mariage avec un grand J a lieu ; ce jour de réception, en France, coïncide généralement avec le jour de la cérémonie civile.

Cette cérémonie civile précède la soirée qui se déroulera différemment selon les régions d’origine des mariés : l’Algérie est en effet un vaste pays où les traditions différent d’une région à l’autre et chaque région a ses propres traditions (la préparation du mariage ne se fait pas à la légère et il faut que chaque famille s’accorde pour que la célébration du mariage soit une réussite).

Une tradition reste toutefois commune à toute l’Algérie : la sortie de la mariée a lieu au domicile de ses parents.

La mariée quitte le domicile de ses parents en passant sous le bras de son père : c’est le point de départ de la cérémonie qui pendant longtemps était marqué par des tirs de baroud (c’est-à-dire par des tirs de fusils ; aujourd’hui, pour des raisons notamment sécuritaires, rare sont ceux qui perpétuent cette tradition).

Dès le départ de cette cérémonie, les célèbres « youyous » à l’apparition de la mariée sont au rendez-vous.

S’ensuit généralement un cortège de klaxon en direction de la mairie : là encore, les « youyous » et les applaudissements des invités lors de la cérémonie civile sont au rendez-vous.

Un deuxième cortège a alors lieu et une halte est organisée pour des instants photos.

Si le mariage est un mariage kabyle, les tbablas accompagneront les mariés durant tout le cortège (il s’agit d’un orchestre traditionnel composé de quatre musiciens où l’un joue du tbal , l’un du bendir et deux du hautbois ; on parle de troupes d’idhebalen ).

Une fois la cérémonie civile finie et les premières photos souvenirs prises, la fête se poursuit jusqu’au petit matin.

Lors de leur arrivée dans le lieu choisi pour la fête (généralement salle des fêtes mais aussi pour certains à leurs domiciles), les mariés sont accueillis par la mère du marié qui leur donnera des dattes et du lait (dans les mariages algériens, traditionnellement la mère de la mariée n’accompagne pas sa fille lors de cette seconde cérémonie ; si cette tradition perdure encore en Algérie, en France elle n’est plus suivie et bien souvent la mère de la mariée est à ses côtés pour cette journée).

Place ensuite à la fête et au repas où la mariée défilera avec différentes tenues (on parle de tesdira) : si le mariage est algérois, le karakou ou le badroune, habits traditionnels d’Alger, seront mis à l’honneur alors que si la mariée est de Tlemcen ou plus largement de l’Ouest algérien (Oran, Mostaganem), ce sera la « chedda » de Tlemcen qui sera mise à l’honneur (il s’agit d’une tenue portée par d’anciennes princesses) ; si les mariés viennent de l’Est d’Algérie, les robes constantinoises (fergani) mais aussi chaoui seront au rendez-vous enfin si le mariage est kabyle, la mariée défilera aussi en robe kabyle parée d’une fouta travaillée pour l’occasion.

Si les tenues portées par la mariée permettent de mettre en avant une région d’Algérie précise, les différences de régions se ressentent aussi dans les plats :

  • Côté pâtisserie orientale, peu de différences, en général, baklawas, m’habez ou encore makrout el louz sont au rendez-vous en revanche les tajines aux pruneaux seront plus prisés pour les gens de l’Ouest quant d’un autre côté des tajines de poulets aux olives et de chorba seront plus appréciés.

Le couscous est en général préparé pour la première fête (le mouton offert par la famille du marié est sacrifié à cette occasion).

Héritée de France, la pièce montée est aussi au rendez-vous des mariages algériens tout comme la remise de dragées.

Une fois la pièce montée dégustée, et les alliances échangées, la fête n’est pas pour autant terminée et traditionnellement, un repas réunit la famille proche des mariés le lendemain du mariage ou une semaine après.