Top

Le mariage marocain

PHOTOGRAPHE DE MARIAGEFashion Le mariage marocain

Le mariage marocain

Mariage apparenté au mariage des milles et une nuit, le mariage marocain est aussi celui connu pour les sept tenues portées par la mariée.

Sept tenues pour sept jours car le mariage traditionnel marocain se déroulait sur une semaine (notons aussi que les sept tenues représentent les sept régions du Maroc).

Célébré en France, le mariage marocain ne se déroule pas sur une semaine mais plutôt sur deux ou trois jours : les sept tenues restent quant à elles de mise car le mariage marocain est aussi l’occasion de faire perdurer des coutumes ancestrales.

Le mariage marocain est bien souvent un mariage musulman : la demande en mariage, désignée par le terme « khotba », puis le mariage dit religieux (fatiha) sont deux des étapes qui précèdent l’union civile des époux.

Plus que dans d’autres mariages, la mariée est au cœur de l’événement : le mariage marocain est surtout une fête en l’honneur de la mariée, elle est au centre de l’attention et la cérémonie dite du hammam en est une des caractéristiques.

Cette cérémonie dite du hammam est comparable à un enterrement de vie de jeune fille : la future mariée y est accompagnée par toutes les femmes de sa famille ; les hammams en France connaissant cette tradition proposent même de réserver le hammam pour l’occasion.

Cette cérémonie qui a lieu quelques jours avant le jour J est l’occasion de bénéficier de différents soins à base de produits naturels : la tradition veut que la future mariée entre dans le hammam une bougie à la main, et généralement, c’est à cette occasion que les premiers youyous sont entendus.

 

Traditionnellement, à cette cérémonie, s’ensuit celle de la hdiya : le marié ainsi que sa famille apportent à cette occasion des présents à la mariée ; ces présents sont apportés en fanfare dans des grands plats conçus pour l’occasion (des tyafers ou midate qui sont des plats en cuivre dont le couvercle est de forme pointue), ils contiennent du sucre (qui symbolise le bonheur), des dattes, du lait (qui symbolise la pureté) mais aussi des tenues traditionnelles telles que le caftan, des bijoux ainsi que des produits cosmétiques ou encore des produits nécessaires pour la cérémonie du henné.

En fonction de la situation sociale des époux, les présents de la hdiya seront plus importants (en plus des éléments incontournables cités ci-dessus, certains y ajoutent différents produits nécessaire à la vie quotidienne : éléments de literie, vaisselle etc.).

Les présents offerts lors de la hdiya sont constitutifs de la dot et généralement les époux se sont accordés sur ce que le futur époux apporte dès la signature de l’acte de mariage.

Autre cérémonie traditionnelle, celle du henné : celle-ci a lieu la veille de la grande fête de mariage et la coutume veut que la pose du henné soit effectué par une nekacha (femme dont le métier est de procéder au tatouage au henné). Lors de cette cérémonie, la coutume veut que la mariée soit parée d’une tenue de couleur verte : la nekacha va tatouer les mains et les pieds de la mariée de différents motifs qui sont censés apporter santé, bonheur et prospérité dans le couple nouvellement marié.

Une fois ces cérémonies finies, place au jour J où la mariée est accompagnée d’une neggafa pour se préparer.

La neggafa joue un rôle important dans les mariages marocains ; véritable professionnelle, c’est elle qui aide la mariée à se préparer et c’est elle qui lui permet d’adapter coiffure, maquillage et accessoire en fonction de chaque tenue portée.

En France, les mariages marocains empruntent à la tradition française, la sortie en robe blanche pour l’union civile : une fois unis devant la mairie, un cortège et une séance photo dans un lieu choisi pour l’occasion a lieu.

Les festivités vont ensuite démarrer plus tard dans la soirée : les mariés font leur entrée portés par des hommes parés de tenues traditionnelles (parfois, ces hommes sont des membres de la famille) ; on parle de «barza », et parfois de « amarya » du nom des palanquins où s’assoient la mariée et le marié (si au Maroc, la tradition réserve la barza au port de la mariée, en France, ce sont les deux mariés qui sont portés).

A cette occasion, la mariée portera sa première tenue traditionnelle qui selon la coutume ancestrale est blanche : il s’agit de la takchita.

Traversant la salle sous le son des youyous et de la musique jouée par un orchestre, portés de manière à ce que chaque invité puisse les admirer, les mariés seront installés sur des fauteuils, trônes conçus spécialement pour les mariages.

S’ensuit un repas festif où généralement une pastilla est proposée ainsi qu’un méchoui.

Puis, la mariée va défiler avec chaque tenue spécialement choisie pour l’occasion :  la fassiya pour représenter Fès (généralement dorée), la « r’batia » représentant Rabat, la « sahraouia » pour représenter le Sahara marocain, la « soussia » pour représenter les régions berbères du Maroc et le « mejdoub » plus couramment connu sous le nom de caftan.

Aujourd’hui, par souci d’économies, certaines mariées font le choix de limiter le nombre de robes portées et finissent souvent la cérémonie en robe blanche pour déguster la pièce montée.

 

 

Loading Facebook Comments ...
No Comments

Leave a Comment